Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 16:04

th--99-.jpgth.jpgth--100-.jpgJe lisais le témoignage de Thomas Kamilindi: Rusesabagina et l'Hôtel des Milles Collines, in FRANCE-RWANDA TRIBUNE, publié le 21 novembre 2011...... Je me rappelle que quelques temps après le génocide, j'avais posé mes yeux sur une publication américaine avec un titre très évocatif sur ce qui se passait au Rwanda. Le titre en question était: DEVILS ARE NOT IN HELL, THEY ARE IN RWANDA. Force est de constater que plus de quinze ans viennent de passer depuis cette publication, mais cette assertion reste de jour en ce qui concerne le Rwanda. Sans parti pris, je ne vois pas pourquoi tout ce brouhaha, tollé sans fondement fiable sur Rusesabagina. Est-ce un miracle qu'au Rwanda on pût avoir des gens qui avaient encore un coeur humain au moment où la compassion semblait être la vertu la plus adéquate...car il fallait faire montre d'insensibilité hors du commun vis à vis de ces pauvres tutsis non armés ou certains hutu qui avaient  commis, dans le temps, la maladresse d'avoir eu raison trop tôt en criant, corps et âmes, contre ce qu'ils appelaient la dictature de Habyalimana?....koko izina niryo bantu: NGORORABANGA. L'équation n'est pas difficile à effectuer quant  à la recherche des racines. Clairement et simplement, toute vérité qui ne "caresse" pas le pouvoir de Kagame- pas lui seulement ; car même du temps de Habyalimana, on devait ou bien chanter ses "hauts faits", ou bien se retrouver au tristement fameux bureaux de la criminologie, et subir les tortures sadiques du diable SIMBIKANGWA, dans sa chaise roulante, une fois qu'on avait osé jouer l'intellectuel objectif en politique- dans " le sens des poils" sera transformée en idéologie du génocide, divisionisme, sectarisme et..... que sais-je encore  ? Comme si les crimes commis par les autres constituent un prétexte pour l'absolution de ceux qui l'ont été par le FPR. Again, one does not need to be a prophet of doom to foresee somberer political future perspectives if the rwandan society remains built on miscreancy, political and ethnic parties specialising in reciprocal mud smearing. Rwanda has lived the human catastrophy because regimes have never been willing to go out clean and clear on the roots of evils within the rwandan society. Cette vision manichéenne séculaire entre les principales composantes socio-ethniques fait que le Rwanda reste toujours" une bâtisse avec un volcan actif comme fondation". Devons-nous attendre encore 30 ans pour que de l'extérieur une force armée envahisse le pays? Et cela jusque quand? Alors le Rwanda risquerait de se retrouver transformé en un cycle inférnal. Néamoins, je commence à croire que, dans un sens, il deviendra impératif de mettre en place une commisssion: verité et reconciliation; à la sud-africaine, et qui pourra servir d'amorce à une certaine transformation du conflit, en vue d'une éventuelle résolution. Entendons-nous bien, ici on parle d'un projet de société, et non des individus qui ont posé les jalons comme précurseurs. Ceci parce que dans le contexte socio-politique du Rwanda, personne n'a été sans reproches , tout le monde ayant contribué peu ou prou , directement ou indirectement  à l'état de drame que nous continuons à vivre. Ne soyons pas de courte mémoire.

 

 Mayele Deogratias KAREGEYA

Repost 0
Published by deogratiaskaregeya - dans Politique
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 18:45
th--97--copie-1.jpgth--98--copie-1.jpgGoing through the last lines of the article : Tony Blair trips to Africa and an intriguing friendship, in FRANCE - RWANDA TRIBUNE 
November 14 , 2011; i just had something reminding me of the saying" you do not teach an old dog new tricks"
The very last lines read :"  Mr Blair will be hoping that the Kagame regime, at least in the future, embraces
democracy rather than clamps down on it further." This, in itself, is a clear lousy way of admitting that the UK' s
illustrous protégé is just an autocratic political character. It goes on  " ......he wil just have to hope that Mr
Kagame, despite Rwanda's bloody past, can be steered by his team of enthusiatic charity workers down the

democratic path. Mr Kagame's opponents have their doubts.."

    Sometimes, though, like any other opponent of the regime in Kigali, i think that being pessimistic might be

    the most realistic approach when one has to ponder pragmatically the socio-political plight of Rwanda. 

    Miracles do happen, and unless they do, it is unlikely to happen that a dictator of Kagame's calibre

    embracesdemocracy. 

    Once, in the roman catholic seminary, monseigneur Félix Kabayiza used to tell us: " one does not give what

    he/she does not have.This is a principle of philosophy."

    Some one who got to power by means of swords, will not easily surrender it just because people are making

    noise against him. Talk of the french saying:" les chiens aboient, la caravane passe." Amazing is the fact that

    the very same superpowers supporting him today will be the first ones to play the "pyromanes" in due time for

        them to call, in open, mister Kagame the worst dictator of the decade. I rest convinced that the greed for power

    is the strongest type of dope for politicians' collective minds. Or is it that dictators are not being allowed safer

    and guaranteed honourable escapes to relinquish power in time ?  On the other hand, are they really ready to

    quit ? Why did Mobutu, Savimbi, Kadhafi, Saddam, Hosni Moubarak, Pinochet,.......had to wait untill it was too

    late for them to quit power ? At least , let's hope that the ignominious way Kadhafi and Laurent Gbagbo were

    ousted from power will serve to warn dictators , like Paul Kagame and others in Africa or any wherelse in the

    world , making them more conscious of the fact that one day or another, they may find themselves listening to l

   to last times' voices telling them :"downpressorman, where you gonna run to ...?"                                                                                                               

    One may not be an advocate of violence, be it physical or emotional, but one may condone the fact that people

    have to consider a physical violence approach as a last resort once all civilised mechanisms aiming at solving the

    problem are leading to socio-political impasse. Just simply proving fruitless. RPF did not wait for Habyalimana to

    give the green light when they were ready to attack the country, brandishing in the eyes of the international

    community their legitimate socio-political demands against the then hutu dominated regime. The right to the

    country , equal rights and justice were such absolute and universal principle that they did not see the need for a

    peaceful settlement of the issue. October 1 , 1990 , they took arms against the regime ......only, today, to be

    acting the same way as the old one, under different colours and slogans.  " What goes around , comes around "  

  , only an armed political force can make the difference for any eventual regime change in Rwanda. What is

   happening in Kigali is just a game of political masquerading. In the wake of all the socio-political turmoil they

   have lived, Rwandans have already ceased to be naive. They can only pretend, just for the sake of their security,

   and it would be suicidal for a ruler to think of being clever enough to take them for granted . Once again , " la

   patrie ou la mort ,  l'idéal vaincra ." Mayele Karegeya

 

Repost 0
Published by deogratiaskaregeya - dans Politique
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 17:30

th--95-.jpgth--96-.jpg469051--1-.jpg

                   Suite à l'article : " La Grande Bretagne a t-elle besoin qu'on lui confirme le caractère criminel du régime de Paul Kagame", je ne peux que confirmer le caractère multifacial des puissances occidentales . Ce qui est paradoxal, c'est que les soit disant protégés de ces puissances sont les premiers à savoir qu'au moment opportun, les mêmes puissances vont tramer leurs chutes. Si quelqu'un avait dit que la religion est l'opium du peuple, je pense que je serais juste en affirmant que le pouvoir est l'opium des politiciens, en général, et des chefs d'états, en particulier.  

Je crois que tout revient à ce qu'un penseur avait dit que tout individu devient redevable vis à vis de celui qui lui a rendu un service, grave et pire c'est quand une personne qui préside aux destinées de tout un peuple devient une marionette politique des puissances qui l'aident à se maintenir au pouvoir. Mais c'est ainsi. L'indépendance des pays du Tiers Monde n'est que nominale. Et les pays dévelopés, mus par leur sacro saint principe:" pas d'intérets, pas d'actions", tirent profit matériel, politique, et économique. Ils ne sont pas à blamer. Ce qu'ils font paraît normal et naturel, à leurs yeux, car il s'agit d'un self service, et le plus zèlé ou plus fort remporte la part du lion. 

Et malheur à celui qui oserait initier quelques mécanismes parlesquels les super puissances risqueraient de perdre leur main mise ou hégemonie. Par exemple, mis à part l'excuse, tout de même fondée, de mener combat contre la dictature de Kaddhafi, en Libye, les gens les plus averties diront tout simplement:" il y a anguille sous roche". Bien que Dictateur, il est vrai  que Kaddhafi -avec son zèle pour une Union  Africaine- devenait potentiellement le pire ennemi du monde occidental. Il a eu tort de se porter initiateur des mécanismes qui pourraient reléguer les occidentaux à un second plan.   

Imaginez-vous une Afrique avec son Fond Monétaire, sa Banque Centrale, sa Banque d'investissement. Et tout cela couronné d'une devise forte: un dinhar en or comme terme de l'échange. Les gens devraient desormais comprendre que les raisons officielles ont toujours été moins detérminant que celles officieuses chaque fois qu'il s'est agi de renverser, chasser ou tuer un dictateur. Qui est le suivant ?  Le plus gênant , bien sûr. Pas en termes de bonne gouvernance, mais en ce qui concerne les intérets directs des super puissances. Mais, je ne pense pas qu'il y ait quelqu'un pour leur faire face. C'est comme si tous sont devenus couards et se sont resignés à plier leurs queues entre les jambes, et cela avec raison, car nous n'avons que des aventuriers de tout bord qui,du jour au lendemain , se sont improvisés libérateurs du peuple pour l'asservir et le maintenir sous le joug .

Jusqu'ici , il y a ceux qui n'ont pas encore compris que la libération ne se sollicite pas. On se saigne à blanc pour elle . Mayele Deogratias Karegeya

Repost 0
Published by deogratiaskaregeya - dans Politique
commenter cet article
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 16:28

Ceci est le premier article de votre blog. Il a été créé automatiquement pour vous aider à démarrer sur OverBlog. Vous pouvez le modifier ou l'effacer via la section "publier" de l'administration de votre blog.

Bon blogging

L'équipe d'OverBlog

PS : pour vous connecter à votre administration rendez-vous sur le portail des blogs OverBlog

Repost 0
Published by OverBlog
commenter cet article

Présentation

  • : Kady Grace Editions
  • : Analyse de la vie courante sous tous ses aspects
  • Contact

Recherche

Pages

Liens